Aller au contenu principal
Rechercher

Émissions dans l'air

Nous recherchons les opportunités de réduire les émissions atmosphériques associées à nos opérations et les produits que nous fournissons pour accroître la valeur pour nos actionnaires et satisfaire aux exigences des réglementations.

Grace à ces efforts, la somme des émissions de composés organiques volatils (COV), de dioxyde de soufre (SO2) et d’oxydes d’azote (NOx) pour toutes les activités du groupe ExxonMobil, ont baissé de plus de 45 % au cours des 10 dernières années.

Balder, une des plateformes flottantes de production ExxonMobil située au large des côtes norvégiennes et appartenant à notre activité Amont, est un exemple de la manière dont nous avons réduit les émissions de nos activités. Entre 2013 et 2015, les quatre générateurs d'électricité de la plateforme ont été convertis pour réduire les émissions de NOx. Cette conversion a permis de diminuer les émissions de NOx d’environ 21 %, l’équivalent de 290 tonnes de NOx par an. Un autre exemple est notre raffinerie d’Anvers en Belgique. En 2015, la raffinerie a démarré la construction d’un nouveau système d’épuration des gaz résiduaires (Tail Gas Cleanup, TGC) afin de réduire les émissions de SO2 de plus de 2 300 tonnes par an. Ce système d’épuration des gaz résiduaires sera pleinement opérationnel en 2017.

En janvier 2015, l’Organisation Maritime Internationale a abaissé la teneur règlementaire en soufre des combustibles à usage maritime de 1,0 à 0,1 % pour tous les navires naviguant dans les zones à émissions contrôlées (Emission Control Areas, ECA). Cette action a remodelé le paysage des transports maritimes, particulièrement en Europe et en Amérique du Nord, entraînant une nouvelle demande de carburants permettant aux opérateurs du secteur maritime de se conformer à cette nouvelle réglementation. Pour répondre à cette nouvelle exigence, nous avons développé ExxonMobil Premium Heavy Distillate Marine 50, un carburant conforme aux normes ECA qui combine pour le secteur de la marine, une faible teneur en soufre des produits pétroliers légers avec une volatilité plus faible habituellement associée aux carburants lourds.

  • Nancy Carlson

    Vice-présidente, aviation et marine
    « Grâce à un travail collaboratif dans les activités Aval, ExxonMobil a mis au point une large palette de solutions innovantes pour nous placer en tête de l'industrie durant cette nouvelle ère. »

Conformité environnementale

Le groupe ExxonMobil se conforme à l’ensemble des lois et règlementations environnementales en vigueur dans les pays où elle opère et applique des normes respectables là où aucune loi ou réglementation n'est en place. Dans la mesure du possible, nous nous efforçons d’aller au-delà de la simple conformité à la réglementation afin de faire preuve de leadership en matière de gestion environnementale. Notre raffinerie de Bâton-Rouge, en Louisiane, en est un exemple.

La raffinerie ExxonMobil à Bâton-Rouge est la troisième plus grosse raffinerie des États-Unis et s'étend sur 850 hectares le long du Mississippi. En 2014, nous avons amélioré le système d’oxydation biologique (biological oxydation, BIOX) des eaux usées à la raffinerie. Cet investissement de 10 millions de dollars était dédié à  augmenter la capacité de dénitrification. Le nouveau système BIOX est devenu entièrement opérationnel en janvier 2015 et a permis de réduire de 50 % les niveaux de nitrates dans les effluents. Ce système a également permis de réduire de 30 % l’ensemble des rejets de la raffinerie dans l’environnement, y compris les émissions dans l'air, dans l'eau et d'améliorer le traitement des eaux usées hors du site.

  • Irving (Junior) Sanders

    Conseiller principal sur les questions hydriques, raffinerie de Bâton-Rouge
    « Ce projet est bon pour l’environnement et le fleuve Mississippi. Nous avons pu réduire l’incidence des nitrates et nous avons également noté une légère réduction des émissions atmosphériques. Ce projet aidera notre site dans les décennies à venir et confirme notre leadership en matière de protection de l’environnement. »

Nos dépenses environnementales au niveau mondial ont atteint approximativement 5,6 milliards de dollars en 2015. Cette somme se composait de dépenses capitalisables pour un total estimé à 1,8 milliard de dollars et d’environ 3,8 milliards en dépenses de fonctionnement. En 2015, 53 pénalités, amendes et indemnités ont été réglées pour un montant de 5,5 millions, soit moins d’un dixième de nos dépenses environnementales totales.

Fermer