Aller au contenu principal
Rechercher

Perspectives énergétiques à l'horizon 2040

Les Perspectives énergétiques présentent notre vision à long terme de l’offre et de la demande d’énergie au niveau mondial. Les conclusions de cette étude nous aident à orienter nos investissements à long terme et nous les diffusons pour permettre une meilleure compréhension des enjeux qui façonnent l’avenir énergétique de la planète.

L’énergie d’aujourd’hui

L’énergie fait partie intégrante de notre vie au 21e siècle.

L’énergie nous réchauffe, nous rafraîchit, elle cuit nos repas. Elle nous aide à rester en contact avec nos enfants, elle éclaire les laboratoires des entrepreneurs et des chercheurs qui construisent un monde meilleur. L’énergie nous sert à produire notre alimentation, elle alimente nos usines, construit nos villes et purifie notre eau. Même loin de chez nous, elle nous maintient en contact avec autrui.

Le 21e siècle a déjà été le témoin de changements majeurs dans la manière dont nous utilisons l’énergie. Par exemple, les smartphone ne sont apparus qu’aux environs de l’an 2000 ; à l’heure actuelle, il y en a plus de 2,5 milliards dans le monde entier.

Ce siècle a aussi connu d’énormes progrès des technologies utilisées dans le secteur de l’énergie, y compris celles qui ont permis d'accéder aux vastes ressources non conventionnelles de pétrole et de gaz naturel de l’Amérique du Nord.

Ces technologies ont marqué le début d’une nouvelle ère où l’énergie est abondante et diversifiée. Aujourd’hui, notre énergie peut venir des profondeurs, du fond de l’océan, du dessous des couches de schiste, de la fission nucléaire, des biocarburants, du vent et du soleil. De plus, le développement et l’utilisation de chacune de ces sources d’énergie continuent à évoluer avec des procédés qui réduisent l'impact sur l’environnement.

Parallèlement à cette évolution des sources d’énergie, les principes fondamentaux de la demande ont suivi leur propre dynamique. Bien des économies continuent à connaître certaines difficultés, même plus de cinq ans après la récession mondiale, alors que d’autres, comme celle de la Chine, poursuivent leur expansion, bien que ce soit à un rythme plus modéré. Malgré cela, la croissance mondiale a progressé de 50 % environ depuis l’an 2000, amenant de meilleures conditions de vie pour des millions d'individus.

Autre tendance positive, notre capacité à trouver de nouvelles manières d’utiliser l’énergie plus efficacement a permis de ralentir, non seulement la croissance de l’utilisation de l’énergie, mais aussi les émissions de gaz à effet de serre. Le monde utilise près de 10 % de moins d’énergie par unité de production économique qu’en l’an 2000, la moitié de ce gain a eu lieu après 2010. 

Le besoin en énergie reste cependant considérable. La demande mondiale en énergie s’est accrue d’un tiers entre 2000 et 2014, et c’est la Chine qui a généré près de la moitié de cette augmentation.

Faire face à cette demande croissante est un défi permanent si l’on tient compte de l’ampleur des ressources nécessaires pour satisfaire les besoins quotidiens de 7 milliards d'individus. La consommation en pétrole à elle seule, qui représente près d'un tiers de la consommation énergétique mondiale,  approche désormais 95 millions de barils de pétrole par jour, assez pour faire parcourir plus de 161 milliards de km à une voiture, soit 4 millions de fois le tour de la planète.

Plusieurs sujets restent d'actualité:  l’énergie moderne est essentielle pour maintenir notre niveau de vie ; les options concrètes pour répondre à cette demande croissante en énergie continuent à augmenter, notamment celles relatives à l'efficacité énergétique. Le secteur de l’énergie est gigantesque ; il est en expansion et, grâce aux échanges internationaux, il tisse des liens entre les régions du monde.

L’énergie de demain

A l'horizon 2040, consommateurs et entreprises vont générer une évolution continue des besoins en énergie, marquée par des phases successives de croissance économique et de progrès technologiques. Dans le même temps, l’offre comme la demande subiront l'influence de nombreuses politiques gouvernementales, certaines cherchant à élargir l’accès à l’énergie moderne, d’autres visant à réduire les risques liés au changements climatique.

Pendant cette période, nous nous attendons à ce que le pétrole, le gaz naturel et le charbon continuent à satisfaire 80 % environ de la demande mondiale. Pendant un siècle, ces sources d’énergie ont constitué la base de l’énergie moderne qui a permis d'accéder à notre niveau de vie. De nos jours, ces ressources demeurent abondantes, fiables et abordables, et elles sont disponibles en quantité nécessaire pour satisfaire, 24 heures sur 24, les besoins de 7 milliards d'individus . 

Pourtant, des changements s'annoncent. Le gaz naturel est la source d’énergie qui va connaître la plus forte croissance, notamment parce qu’il s’agit du combustible majeur le plus propre. Cette énergie disponible à un prix abordable, offre une solution énergétique pratique pour un grand nombre d’applications. De plus, elle est abordable et présente un avantage de coût significatif par rapport aux autres options qui aident à limiter les risques liés au changement climatique. Les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire devraient également connaître une croissance significative au cours de cette période, représentant ensemble près des deux tiers de l’accroissement de la demande liée à la production d'électricité.

Les politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) vont également influencer la palette énergétique de façon significative. À notre avis, après avoir progressé de plus de 50 % entre 1990 et 2014, les émissions mondiales de CO2 imputables au secteur de l'énergie devraient atteindre leur point culminant vers 2030.

Nous nous attendons à ce que ce tournant décisif soit atteint par les pays membres de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques), dans lesquels les émissions de CO2 sont en baisse. Toutefois, la Chine est également appelée à jouer un rôle important, puisque ses émissions devraient également atteindre ce point culminant vers 2030. Nous prévoyons que ce changement à l’échelle mondiale soit en grande part rendu possible par des gains substantiels obtenus dans le domaine de l’efficacité énergétique, toutes régions confondues.

Au vu de ces gains importants et grâce à des changements significatifs de la palette énergétique mondiale, encouragés par des politiques climatiques et économiques, nous nous attendons à ce que les émissions de CO2 liées à l'activité économique mondiale soient réduites de moitié d’ici 2040.

Grâce au potentiel de développement économique lié à l'abondance des ressources énergétiques, nous pensons que le monde se trouve au seuil de plusieurs décennies de croissance et d'amélioration des conditions de vie pour des milliards d’individus. 

On peut s’attendre à ce que la période nous séparant de 2040 apporte une expansion très importante de la population mondiale et de la classe moyenne de la planète. Les conditions de vie vont s’améliorer ; des millions de gens vont avoir accès à l’électricité, ce qui va conduire non seulement à une amélioration du niveau d'éducation, mais aussi à des soins de santé de meilleure qualité.

Nous prévoyons qu’au cours de la période allant de 2014 à 2040, la demande énergétique mondiale augmente de 25 %. Cet accroissement est égal au total de la consommation énergétique actuelle de l’Amérique du Nord et de l’Amérique latine.

Nous nous attendons à ce que cette croissance de la demande soit liée à une augmentation de 45 % dans les pays n’appartenant pas à l’OCDE, alors que la demande dans les pays membres de cette organisation demeurera globalement stable. L’efficacité énergétique jouera un rôle primordial dans le ralentissement de la croissance de la demande à l'échelle mondiale, puisque l’utilisation d’énergie par unité de production devrait chuter de 40 %. 

Pour continuer à faire face à cette demande, le monde devra faire appel à toutes les sources d’énergie économiquement viables. En 2040, le pétrole et le gaz naturel atteindront près de 60 % des ressources mondiales, tandis que la part de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables atteindra 25 %.

Nous pouvons également prédire que des technologies avancées vont continuer à permettre le développement de nouvelles options énergétiques pour notre monde en pleine croissance. Nous ne savons pas encore ce que seront ces nouvelles technologies, mais l’histoire nous apprend que les meilleures d’entre elles seront économiquement abordables, disponibles à une échelle commerciale et non excessivement liées à la subvention des États. La mise en œuvre de ces technologies demandera des politiques favorisant l’innovation, l’investissement et le libre-échange.

Le changement est l’une des constantes de notre existence.  Une autre de ces constantes est l’énergie. Notre compréhension des tendances décrites dans nos Perspectives nous permet de mieux anticiper les quantités et les types d’énergie dont le monde aura besoin à l’avenir. Cette anticipation de l’avenir et les conclusions de cette étude nous aident à orienter nos investissements à long terme et nous les diffusons pour permettre une meilleure compréhension des enjeux qui façonnent l’avenir énergétique de la planète.

Notre énergie et le parcours vers 2040 : Sept choses à savoir

L’énergie est l’une des conquêtes les plus complexes de l’humanité, et son accès est soumis à de nombreux facteurs. Toutefois, nous discernons sept thèmes clés qui vont jouer un rôle majeur dans la définition du paysage énergétique à l'horizon 2040.

Nos Perspectives de cette année prévoient une croissance de la demande énergétique d’environ 25 % pour la période de 2014 à 2040. Le choix de 2014 comme point de départ du rapport de cette année constitue un changement par rapport des Perspectives précédentes, qui faisaient commencer la période en 2010. Nous avons fait ce changement pour mieux illustrer les changements que nous anticipons dans l’offre et la demande d’énergie à l'horizon 2040, les marchés de l’énergie ayant considérablement évolué depuis 2010. À titre de comparaison, les Perspectives de cette année prédisent également une croissance de la demande en énergie de l’ordre de 35 % entre 2010 et 2040, ce qui est conforme aux Perspectives récentes.

Fermer