Aller au contenu principal
Rechercher

Satisfaction des besoins mondiaux – Gestion des risques liés au changement climatique pour l'activité économique

L’énergie est indissociable de la vie moderne et elle ouvre des opportunités aux pays en développement. 

L’énergie alimente la technologie et rend possible le progrès dans le monde entier. Elle apporte la chaleur dans nos foyers et nos entreprises ; elle alimente nos hôpitaux et nos cliniques pour le fonctionnement d'équipements perfectionnés pour les urgences ; elle fournit le combustible dont nous avons besoin pour la cuisine et le transport ; et elle éclaire nos écoles et nos rues. En 2040, le secteur de l’énergie devra être suffisamment approvisionné en matières premières pour subvenir aux besoins de 9 milliards de personnes et d’une économie mondiale qui aura plus que doublé par rapport à celle de 2014. L'expansion de la production économique et environ 2 milliards de consommateurs supplémentaires en 2040 signifient que la demande mondiale d’énergie augmentera probablement de 25 % environ par rapport à 2014. Pour donner une idée de cette croissance, elle représente l'équivalent de l’énergie totale consommée actuellement en Amérique du Nord et en Amérique latine.

Compte tenu de l’importance de l’énergie, il est dans l’intérêt de tous les gouvernements d'élargir l’accès à un approvisionnement fiable et abordable pour ses citoyens. C’est pourquoi les consommateurs devraient se sentir concernés par les politiques susceptibles d'avoir un impact négatif sur la production d’énergie. Ces restrictions pourraient également avoir des répercussions sur le rythme du développement économique et la capacité des nations à se développer.

La demande grandissante d'énergie nécessitera la réalisation de divers investissements.

La technologie est la clé de l’expansion de l'approvisionnement en énergie pour répondre aux besoins mondiaux. 

Cette innovation nécessite des investissements importants et continus en recherche et développement, dont le résultat sera la production d’une énergie abondante et abordable avec un impact réduit sur l'environnement.

Il est également important de comprendre que l’énergie est un secteur économique à long terme, à forte intensité en capital. 

En tant qu'acteur majeur du secteur énergétique mondial, ExxonMobil se doit d'anticiper les tendances et évolutions de notre secteur et de s’y adapter, afin que nous puissions prendre des décisions judicieuses et investir l'argent de nos actionnaires d'une manière avisée dans des projets qui resteront attractifs à long terme. 

Chaque année, nous préparons une analyse à long terme des tendances énergétiques mondiales.  Nous l’appelons les "Perspectives énergétiques" et elle se penche sur la façon dont l’énergie est utilisée, quel volume sera consommé dans les décennies à venir et ce que notre secteur doit faire pour répondre aux besoins de milliards d’êtres humains.

La version actuelle des Perspectives énergétiques couvre la période 2014 à 2040.  Elle constitue un cadre stratégique facilitant l’évaluation des débouchés potentiels. À l'instar de toutes les prévisions sérieuses, nous pensons que les combustibles fossiles continueront à assurer la majeure partie des besoins de la société à l’avenir.  Nous voyons également un avenir marqué par le passage à des carburants contenant moins de carbone.  Du fait de cette évolution, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) se stabiliseront, et nous prévoyons que de nouvelles technologies ouvriront d'autres options énergétiques, comme le pétrole non conventionnel et le gaz naturel en Amérique du Nord.

Évaluation des risques

Notre entreprise met en œuvre un processus rigoureux pour évaluer les possibilités d’investissement et gérer notre portefeuille d’actifs d’exploitation. ExxonMobil impose que toutes ses unités utilisent une base de planification uniforme dans l'ensemble de l'entreprise pour évaluer les engagements d'investissements et élaborer des "business plans". 

Elle teste également les opportunités d’investissement par rapport à un large spectre d’hypothèses économiques, y compris des scénarios de prix bas qui pourraient être représentatifs d’un environnement économe en carbone, pour s'assurer que l’investissement demeurera un choix acceptable en fonction de diverses circonstances économiques qui pourraient se présenter au cours de sa vie. La diversité des composantes du portefeuille de l'entreprise en termes d'actifs et de répartition géographique contribuera encore à réduire les risques et à améliorer la rentabilité dans une grande diversité de scenarios économiques. Tous les ans, les plans d’investissement et notre portefeuille d’actifs sont examinés en détail par la direction générale d’ExxonMobil et le Conseil d’administration. Les perspectives de l'entreprise concernant l'énergie et l'environnement, y compris celles relatives au climat, sont également examinées tous les ans par le Conseil d’administration pour aider les administrateurs à appréhender les risques financiers et autres risques associés aux investissements de l'entreprise. 

Les projets sont évalués en fonction d'un grand nombre de conditions économiques possibles et d'hypothèses raisonnables d'évolution du cours des matières premières : nous en escomptons des retours compétitifs sur l'ensemble des cycles économiques. Nous prenons en compte des marges d'incertitudes substantielles dans nos hypothèses de planification pour nous assurer des retours sur investissements satisfaisants. 

L'entreprise soumet également ses opportunités d'investissement dans le pétrole et le gaz naturel à des tests de stress, en prenant une marge de sécurité supplémentaire sur les incertitudes, comme celles liées aux technologies, aux coûts, aux considérations géopolitiques, à la disponibilité des matériaux nécessaires, des services et de la main-d'œuvre, etc. Un test de stress est aussi pour nous l’occasion d’examiner en détail les différents scénarios économiques dans notre planification d’investissement. Les Perspectives énergétiques sont revues chaque année et mises à jour pour refléter les évolutions des points de vue et des circonstances, y compris les avancées technologiques et les changements intervenus dans les politiques gouvernementales.

Risque financier

Nous utilisons un simple coût du carbone comme mécanisme de projection pour la modélisation des effets potentiels d’un vaste éventail de politiques possibles sur les GES à l'avenir. Par exemple, dans la plupart des pays de l’OCDE, nous supposons un coût implicite des émissions de CO2 qui atteindrait environ 80 USD par tonne métrique en 2040. Les pays en développement auront un large éventail de coûts associés à ces cpolitiques, les pays les plus riches atteignant environ 35 USD par tonne métrique.

Ce coût projeté des GES fait partie intégrante de la planification d’ExxonMobil, et nous pensons que les politiques qu'il reflète accélèreront le rythme d'obtention de gains d’efficacité et l’adoption par la société de technologies moins génératrices de carbone d'ici 2040. Ces politiques sont également susceptibles d’accélérer le recours à des sources d’énergie moins productrices de carbone comme le gaz naturel et les énergies renouvelables, tout en éliminant l’approvisionnement en charbon. 

Une stratégie clé pour assurer la sélectivité des investissements dans un large éventail d'hypothèses économiques consiste à maintenir un portefeuille diversifié d'opportunités d’investissements pétroliers et gaziers. Cette diversité en termes de types de ressources, d'options de développement correspondantes (pétrole, gaz, gaz naturel liquide, gaz naturel onshore, offshore, en eaux profondes, conventionnel, non conventionnel, liquéfié, etc.) et de dispersion géographique n'a pas d'équivalent dans le secteur. L'entreprise n'estime pas que les investissements actuels dans les nouveaux gisements soient exposés au risque de délaissement, compte tenu de la hausse des besoins mondiaux d’énergie.

Risque physique

Bien que la plupart des scientifiques conviennent que le changement climatique entraîne des risques liés aux phénomènes météorologiques extrêmes, l'élévation du niveau des mers, les températures extrêmes et les modifications des régimes de précipitation, l'état actuel des connaissances scientifiques ne donne que des indications limitées sur la probabilité, l'amplitude ou la répartition dans le temps de ces événements. Il est encore plus difficile de prévoir la probabilité de survenue d’un événement au niveau régional ou local par rapport aux moyennes mondiales.

Néanmoins, ExxonMobil prépare soigneusement ses sites et ses modes de fonctionnement à l'éventualité de la survenue de phénomènes météorologiques extrêmes. Le climat local, ainsi que les évolutions potentielles des conditions locales pendant la durée de l’investissement (telles que les changements du niveau de la mer ou du permafrost), sont soigneusement évalués et pris en compte. Compte tenu des incertitudes spatiales et temporelles de beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes, en particulier pour ce qui est des futurs changements climatiques, les locaux sont généralement prévus pour résister aux événements extrêmes, en intégrant des facteurs de sécurité supplémentaires pour parer à un certain nombre d’incertitudes techniques.

Fermer