Le mot du president

Entretien avec Antoine du Guerny, président du conseil d’administration et directeur général d’Esso S.A.F.

Le mot du president

Actionnaires
                               Accueil ActionnairesVotre société | Publications Assemblée Générale


Quels sont les faits marquants de l’année 2019 pour le groupe Esso S.A.F. ?

Le ralentissement de la croissance mondiale a été notable au cours de l’année 2019. La hausse de la capacité globale de raffinage a été plus forte que la croissance de la demande. Cette dernière poursuit sa pente déclinante dans certains marchés matures, comme en France. Dans ces conditions, les marges brutes de raffinage sont restées sous pression comme l’année précédente, à 28 euros par tonne*.
La réalisation, pour la seconde année consécutive, d’un grand arrêt programmé à la raffinerie de Gravenchon a été un autre événement marquant. Le site n’a pas été totalement opérationnel pendant plusieurs semaines au premier semestre.
Notre résultat opérationnel ajusté a été en perte de 136 millions d’euros sur l’année, mais à l’équilibre au second semestre malgré des opérations perturbées par les mouvements sociaux nationaux de fin d’année. Dans cet environnement difficile, nos équipes commerciales ont fait preuve d’une remarquable résilience. Elles ont enregistré une progression de 8% des ventes de carburants et combustibles sur un marché intérieur orienté à la baisse. 

*Marge brute DGEC 2019

Comment prenez-vous en compte les attentes de toutes les parties prenantes en ce qui concerne les enjeux de sécurité ? 

La sécurité des personnes et de nos procédés industriels est encadrée par un système rigoureux de gestion des risques. De cette exigence de tous les instants dépend la sécurité de notre personnel, des entreprises intervenantes et des riverains autour de nos sites. La sécurité est la valeur qui est au cœur de nos priorités et nous déployons des efforts importants pour continuellement nous améliorer dans ce domaine : en 2019, le chantier gigantesque du grand arrêt de Gravenchon s’est produit sans accident pour le personnel Esso, et seulement deux accidents sans arrêt de travail pour les entreprises intervenantes ; nos indicateurs de sécurité des procédés ont également été très bons. Ce sont des performances qu’il faut souligner, compte tenu de la complexité de nos opérations et de l’ampleur des travaux réalisés sur nos sites. 

Esso se positionne comme un opérateur responsable. Dans le contexte de la transition énergétique, qu’est-ce que cela implique ? 

Le groupe est engagé dans une démarche responsable pour produire et distribuer une énergie bon marché, tout en réduisant ses impacts sur l’environnement. Nous nous positionnons vers un avenir bas carbone et autour de quatre objectifs clairs. Il s’agit tout d’abord d’atténuer les émissions liées à nos opérations et de renforcer notre efficacité énergétique. Les grands arrêts comme celui de Gravenchon vont dans ce sens. Ensuite, contribuer à la réduction des émissions de nos clients en commercialisant des produits de qualité premium et en fournissant le marché en nouveaux produits comme le carburant marine bas soufre ou le superéthanol. Nous nous mobilisons pour développer des solutions à plus bas carbone à partir de la recherche et des partenariats du groupe ExxonMobil, en tenant compte des objectifs ambitieux assignés à notre industrie à la fois dans le domaine des biocarburants et de nouveaux procédés industriels. Enfin, nous voulons nous impliquer de façon constructive et réaliste dans le débat sur le climat, de façon à éclairer toutes les parties prenantes sur les enjeux de cette transition. Nous sommes convaincus qu’il existe un futur pour les carburants liquides bas carbone. Notre société s’adapte et évolue, nous pouvons apporter une partie des solutions !