Traiter les déversements avec des dispersants permet aux microbes de décomposer naturellement le pétrole brut

Tous les environnements marins contiennent des microbes naturels qui s’alimentent de pétrole brut et l’éliminent. Cela signifie que le pétrole brut est largement biodégradable.

Article

Traiter les déversements avec des dispersants permet aux microbes de décomposer naturellement le pétrole brut

Le pétrole déversé tend à flotter sur la surface de l’eau en nappes. Le traitement d’un déversement avec des dispersants permet la formation de très petites gouttelettes de pétrole, qui sont ensuite distribuées et diluées sous la surface de l’eau. Cela améliore l’accès des microbes au pétrole, augmentant ainsi le taux de dégradation.

Bien que les avantages de l’utilisation de dispersants aient été questionnés par les parties prenantes préoccupées par leur composition chimique, les études ont montré que les dispersants sont moins toxiques que le pétrole, et que le pétrole dispersé se décompose plus rapidement que le pétrole non dispersé. Lorsqu’ils sont utilisés de manière appropriée, les dispersants modernes présentent un faible risque pour la santé humaine et l’environnement. Par exemple, une étude d’Environnement Canada a révélé qu’un liquide vaisselle courant était 25 fois plus toxique pour la truite arc-en-ciel qu’un dispersant commun. Dans son rapport 2005 sur les dispersants modernes et les effets associés, le National Research Council a indiqué que la toxicité du pétrole dispersé provient principalement du pétrole lui-même, et non des dispersants.

Les dispersants développés par ExxonMobil contiennent des ingrédients utilisés en toute sécurité dans divers produits de consommation, tels que des crèmes pour la peau, des produits cosmétiques et bains de bouche. Nous continuons à faire progresser la technologie de dispersant et avons développé un nouveau gel dispersant qui pourrait réduire davantage les préoccupations concernant l’ajout de produits chimiques dans l’environnement. Ce nouveau gel peut traiter la même quantité de pétrole avec un volume chimique inférieur de deux tiers en comparaison des autres dispersants. Si les tests finaux de stabilité du produit sont concluants, nous prévoyons la commercialisation de ce nouveau dispersant pour 2011.

Contenu associé